Ligue suisse des droits de l'Homme

| Site officiel |
Oui à une Europe des droits humains ! Non à l’augmentation du financement de Frontex !

Une lettre ouverte appelant à voter NON à l'augmentation de la subvention fédérale à l'Agence de garde-côtes et garde-frontières Frontex a été signée par plus de dix organisations actives dans le domaine de la migration et des droits humains en Suisse, dont la Ligue suisse des droits de l'homme (Droit de rester Neuchâtel, droitsfondamentaux.ch, Comité genevois contre Frontex , NoFrontex Referendum, Solinetz Zürich, Stop Exclusion Genève, etc.) et trente parlementaires fédéraux, cantonaux et communaux.

Nous constatons que le Conseil fédéral et les milieux économiques ont accrédité, à grands renforts de publicité, la thèse très contestable d''une sortie de l'espace Schengen en cas de non le 15 mai prochain. Nous répondons ici dans le détail à ces faux arguments. Cette votation représente un enjeu majeur pour les droits des migrant·e·s en Suisse et en Europe.

Tags:

Une émission de «Temps Présent» sur la RTS un le 7 mars 2019 à 20h05

Je vous propose de regarder l’émission de télévision « Temps Présent » le 7 mars prochain. Pourquoi ? Parce ce qu’il y sera présenté un documentaire auquel il m’a été demandé de participer. Il présente un thème peu connu de nous tous, « Extrême pauvreté et psychiatrie dans les années 1950-1960 en Suisse ».

En 1961, comme infirmière stagiaire, je faisais un stage à l’hôpital psychiatrique de Marsens dans le canton de Fribourg. C’est dans ce cadre-là que j’ai rencontré une jeune fille de 19 ans internée, dont le comportement révélait une profonde détresse. Je n’ai plus jamais quitté cette personne prénommée Nelly. Aujourd’hui soixante ans plus tard, nous nous rencontrons pour une émission de télévision publique qui va relater son calvaire d’enfant et de jeune femme issue d’un milieu dont la pauvreté extrême a été stigmatisée par les institutions sociales officielles de l’époque.

Face aux attaques contre le droit international, ne pas baisser la garde

OPINION. Comment la Constitution pourrait-elle être une garantie de protection des droits humains alors qu’il existe un droit d’initiative populaire permettant de modifier cette Constitution et qu’il n’existe aucun tribunal constitutionnel dans notre pays? interroge Yan Giroud, de la Ligue suisse des droits de l’homme, dans le quotidien Le Temps du 21 novembre 2018.

Lire l'article sur le site du journal Le Temps

Accepter l'initiative «Le droit suisse au lieu de juges étrangers (initiative pour l’autodétermination)» de l'UDC, c'est accepter de renoncer à tout ceci: Droit à la vie. Interdiction de la peine de mort. Interdiction de la torture. Interdiction des traitements cruels, inhumains ou dégradants. Interdiction de l’esclavage et du travail forcé. Droit à la paix. Interdiction des détentions arbitraires et de l’exil. Droit à la liberté et à la sûreté. Droit d’asile. Garanties en cas d’arrestation et dans la procédure pénale. Garantie du principe «pas de peine sans loi». Garantie de la présomption d’innocence. Garantie du principe de la non incrimination. Droit à un procès équitable. Droit au respect de la vie privée et familiale. Liberté de pensée, de croyance et de religion. Liberté d’opinion, d’expression et d’information. Droits de la femme. Liberté de réunion et d’association. Liberté de la presse. Droit au mariage. Garantie de la propriété. Interdiction des discriminations. Egalité de droit. Droit de gagner sa vie par un travail librement choisi ou accepté. Droit de jouir de conditions de travail justes et favorables. Droit au repos et aux loisirs. Droit à une rémunération équitable et sans discrimination entre les sexes. Droit de former des syndicats et de s’affilier au syndicat de son choix. Liberté économique. Droit au libre exercice des activités syndicales. Droit de grève. Droit à la sécurité sociale, y compris aux assurances sociales. Droit de fonder une famille. Protection et assistance à la famille. Droits de l’enfant. Protection des enfants et des jeunes. Droit de jouir de la meilleure santé physique et mentale possible. Droit à l’éducation. Droit à un enseignement de base gratuit et obligatoire. Droit de participer à la vie culturelle. Droit de bénéficier du progrès scientifique et de ses applications. Liberté de la science et de l’art. Liberté de la langue. Droit à une nationalité. Protection des minorités. Droit de vivre sa culture. Protection contre l’arbitraire. Droit d’obtenir de l’aide dans des situations de détresse. Liberté d’établissement au sein de l’État de nationalité. Droit de quitter le territoire de tout État, y compris le sien. Droit à ce que sa cause soit entendue équitablement et publiquement par un tribunal compétent, indépendant et impartial, établi par la loi. Droit à un recours effectif. Droit de participation politique. Principes de l’État de droit. Séparation des pouvoirs [...]
Les droits de l’Homme sont les garants de la démocratie.

  • Site mis à jour le 10 mai 2022
   
  facebook